Recherches
dans les Archives Vaudoises


Page d'accueil / Homepage

 d'après un exposé de Gabriella BALLESIO,
Responsable du Centre d'Archives Vaudoises, Torre Pellice, Piémont, Italie (To)

et quelques compléments personnels

Particularités des archives Vaudoises
Les registres paroissiaux vaudois
Le Centre d'Archives Vaudoise de Torre-Pellice
Les archives notariales vaudoises
Retour à la page Recherches généalogiques en Italie
Revoir le résumé de l'Histoire de l'Eglise Vaudoise
La source la plus complète d'informations sur la recherche de vos ancêtres Vaudois (en anglais)
An excelllent source (in english) on how to search Waldensian archives :
Finding Ancestors in the Waldensian Valleys

Les dossiers de l'église évangélique vaudoise d'Italie en ligne

Particularités des archives Vaudoises :

Les recherches concernant les Vaudois présentent un certain nombre de particularités.

Tous les registres des 16ème et 17ème siécles (attention ! en italien on dit cinquecentto et settecentto) ont été perdus à la Révocation de l'Edit de Nantes (Octobre 1685 en fait Mars 1686 pour les états du Duc de Savoie). A cette date le Pragelas (rive gauche du val Cluson) était Français et a été entièrement catholicisé. Les vaudois qui y habitaient ont du soit se convertir pour ne pas perdre leurs biens, soit partir en zone Vaudoise en laissant tout. Le plus ancien registre vaudois date de 1690. Tous les registres sont rédigés en français. La plupart sont désormais centralisés aux archives de Torre-Pellice. On n'en trouve plus dans les paroisses elles mêmes (les dervniers versements sont en cours)

A noter en 1697, une source fiscale très utile : les Vaudois, rentrés d'exil, sont passés devant un officier (notaire) pour revendiquer la restitution des biens qui leur avaient été confisqués.

Il n'y eut qu'environ 4000 survivants sur la population des 20000 Vaudois d'avant l'exil. Tout le monde se connaissant dans la communauté, la nécessité des registres n'est pas apparue immédiatement après le retour. D'autres lacunes dans les registres Vaudois sont dues au fait que les pasteurs ont cessé de tenir les registres pendant d'administration Napoléonienne (que les Vaudois soutenaient car il en attendait une augmentation de leur libertés).

Chacune des 15 paroisses vaudoises était indépendante (en quelque sorte chaque pasteur était l'évèque dans sa paroisse) d'où des différences de tenue des registres d'une paroisse (ou d'un pasteur) à l'autre. Chaque paroisse a conservé ses archives jusqu'en 1999 date à laquelle a été créé le Centre d'Archives Vaudoises qui a pour vocation de regrouper ces archives.

Centre d'Archives Vaudoises de Torre Pellice

Le centre est situé Via Beckwith, 3 , 10066 Torre-Pellice (TO). Il est ouvert au public et animé par des archivistes professionnels. L'archiviste en chef est Mme Gabriella BALLESIO (tél. (00 39) 0121 91603, fax 0121 91604 ). Le Centre est fermé en Septembre pour inventaires (et remise en ordre après l'affluence de l'été). Il détient les originaux (et/ou des microfilms) des registres des paroisses vaudoises. Il est intéressé par les travaux réalisés par les généalogistes et quelques généalogies ou dépouillements y ont été déposés.

Les registres paroissiaux vaudois :

Il n'existe en principe pas de registre de l'Etat des âmes comme chez les catholiques mais on trouve des listes des membres de l'Eglise (hommes adultes uniquement). Les actes de baptème sont très détaillés. Les parrains et marraines sont toujours notés ce qui est très précieux d'autant que leur choix se faisait dans la famille proche et en respectant des règles). Par contre le mariage n'étant pas considéré comme un sacrement, les actes correspondants sont succints. Il en est de même (en pire) pour les sépultures.

Les archives notariales vaudoises :

Il existait des notaires Vaudois. Les Vaudois n'avaient certes pas le droit de quitter leurs vallées notamment pas pour fréquenter les Ecoles ou universités Piémontaises mais ils pouvaient aller faire des études à l'étranger (à Genève notamment) pour devenir soit médecins, soit pasteurs soit encore notaires. Les catholiques ne s'adressaient jamais aux notaires Vaudois alors que les Vaudois pouvaient avoir affaire soit au notaire Vaudois (de préférence, quand il y en avait un dans le village) soit à un notaire catholique. Les archives notariales Vaudoises se trouvent à Turin avec les archives catholiques. Toutefois quelques registres minutaires Vaudois n'y ont pas été déposés se trouvent à Torre-Pellice ; d'autres bien sur ont été perdus. La liste des notaires Vaudois est très incomplète. Pour commencer la recherche, il faut consulter là aussi la liste par localité (s'il y existe un notaire vaudois la recherche est a priori plus facile les vaudois s'adressant de préférence à lui) et les registres de l'enregistement créé par un édit ducal de 1610.

Notes prises à l'occasion des exposés donnés le 27 juin 1999 à Paris (réunion de l'association Ancêtres Italiens) par Marc MARGARIT et Gabriella BALLESIO, archiviste de la table Vaudoise à Torre-Pellice

Compléments d'information : Recherches chez les Mormons

Les Mormons ont procédé à un microfilmage en principe exhaustif des registres des paroisses vaudoises du Piémont. Ces microfilms (pas toujours très lisibles) peuvent être consultés à Torre-Pellice et bien sur aux conditions habituelles dans les centres généalogiques des Mormons où l'on trouve aussi les microfiches patronymiques.
Les Mormons ont en outre procédé à un dépouillement de ces registres (Piedmont Project) et à une reconstitution des familles. Les fiches familiales ainsi obtenues sont également disponibles sur microfilms.

Attention : ces données ne sont pas exemptes d'erreurs !

Enfin les données sont accessibles en ligne par Internet sur la base de données des Mormons (en anglais).
Une version de Family Search en français a été mise en ligne en Avril 2013.
Lien vers les dossiers de l'église évangélique vaudoise d'Italie, 1679-1969

Attention : Tous les registres conservés aux Archives Vaudoises de Torre-Pellice ne sont pas en ligne !

Page d'accueil / Homepage
retour à la page Recherches généalogiques en Italie
Retour à la page des liens utiles